Communiqué de presse sur l’annulation de la Conférence du 1er mars 2018 au Parlement belge

                                                                                                                                                                   Bruxelles, 25 février 2018

Communiqué de Presse 

Ce vendredi 23 février vers 14h, l’asbl JAMBO a reçu confirmation officielle de la Chambre des Représentants que sa conférence prévue le 1er mars 2018, ne pouvait plus avoir lieu, au motif que « les députés Gilles FORET et Olivier MAINGAIN avaient retiré leur soutien à l’organisation de cette conférence. »

Ces retraits avaient été annoncés lors d’une réunion de la Conférence des Présidents qui s’est tenue le mercredi 21 février dans l’après-midi.

Nous regrettons la tournure des événements, puisque les motifs réels de ces retraits sont bel et bien d’ordre politico-diplomatique suite à la pression exercée par le Gouvernement Rwandais sur deux de nos parlementaires.

Il nous était possible de trouver un nouveau parrain afin de maintenir la conférence. Dans un premier temps, toutes les voies ont été envisagées, néanmoins, dans une démarche d’apaisement, et ce afin d’éviter de crisper d’avantage la situation, ces pistes d’action n’ont pas été poursuivies. Nous regrettons que les valeurs d’un débat-démocratique pour et par le citoyen aient été sacrifiées dans ce rapport de force politico-diplomatique avec un gouvernement étranger.

L’annulation de notre conférence, qui ne porte donc pas sur le fond de nos revendications, n’est ni une condamnation de notre démarche, ni une condamnation de notre association et encore moins, une condamnation de nos membres, contrairement à ce que la propagande de ceux qui ne veulent pas de dialogue, essaie de faire croire.

Toutefois, plusieurs de nos objectifs ont été atteints :

  • Le débat sur cette loi est amorcé de manière irréversible, tant chez les Belges que chez les Rwandais. Même si les positions sont encore cristallisées sur les réseaux sociaux, un des buts de notre démarche était de lancer le débat sur cette proposition de loi, afin qu’elle tienne compte de tous les enjeux.
  • Notre dossier est désormais connu de beaucoup de parlementaires et d’un certain nombre d’associations défendant les valeurs fondamentales de la démocratie et du débat citoyen. Notre dossier a été consulté par des milliers de personnes (sites, audios/vidéos en ligne, Facebook, Twitter) et nos arguments ont été entendus au-delà de nos espérances, tant parmi les Rwandais, que parmi les Belges.
  • Jambo asbl, même si elle a été lâchement salie par ses détracteurs, se positionne désormais comme un acteur nécessaire dans le débat autour de la recherche de la vérité sur ce qu’il s’est passé au Rwanda. Ceux qui prennent le temps de lire nos arguments, tant chez les Rwandais que chez les Belges, y voient le véritable chemin pour une histoire réconciliée. Seuls ceux qui n’ont pas lu nos arguments, ou évidement qui vivent dans le mensonge, répètent sans cesse les mêmes reproches non fondés jour après jour afin de décrédibiliser notre association et caricaturer nos positions.

Pour rappel, l’objectif premier de notre démarche vis-à-vis d’une loi punissant le négationnisme du génocide perpétré contre les Tutsi est de protéger la mémoire des victimes et des rescapés, tout en évitant la stigmatisation contre les Hutu, en évitant qu’une telle loi ne soit détournée à des fins de propagande ou d’entrave à la recherche de la vérité sur les autres crimes commis avant, pendant et après le génocide, et enfin, en évitant qu’une telle loi ne serve l’intimidation et ou la répression politique.

Dès lors, plus que jamais, nous poursuivrons notre travail de fond et de communication autour de cette proposition de loi, tant auprès des parlementaires que du public, belge comme rwandais. Nous invitons par ailleurs, toute personne ou association de bonne volonté souhaitant un vrai débat-citoyen sur cette question, à se joindre à nous dans cette démarche.

« Soyons maîtres de notre destin »

Gustave Mutware Mbonyumutwa

Coordinateur du projet.

 

PS : La séance d’information prévue ce dimanche 25 février à Bruxelles est maintenue et servira donc à répondre à toutes vos questions concernant la proposition de loi, l’annulation de la conférence ainsi que les prochaines étapes.

 

20180224 – Comm Externe annulation de la Conférence final